Discours du Recteur


EXTRAIT DU DISCOURS DE MONSIEUR LE RECTEUR A L’OCCASION DE L’INAUGURATION SOLENNELLE DE L’INSTITUT HERMES ET DE LA SORTIE DE LA 2e PROMOTION : LA PROMOTION DE L’ESPOIR EN 2009.

Monsieur le Ministre de I ‘Emploi et de la Formation Professionnelle, leurs excellences Messieurs les Ambassadeurs de Belgique, du Canada et de l’Allemagne, Messieurs les représentants du MINESUP, Monsieur le Gouverneur de la province de Centre, distingués invités, je vous dévoile mon sentiment de gratitude et de déférence pour avoir marqué un temps d’arrêt dans vos précieuses occupations, pour venir rehausser de votre présence majestueuse l’éclat de cette cérémonie qui marque l’inauguration de l’Institut Hermès et concomitamment, la sortie solennelle des lauréats de la deuxième promotion “la promotion de l’espoir”, il s’agit de la promesse d’un nouvel avenir pour la jeunesse Africaine et l’espoir d’une nouvelle dynamique sociale pour notre système d’entreprises. En tant que promoteur de l’institution dont l’inauguration a lieu en ce jour, je considère qu’il s’agit d’une marque de confiance absolue que le chef d’État, son Excellence Paul BIYA a daigné placé en moi à travers le Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. Je porte désormais sur mes épaules, la responsabilité Ô combien lourde, délicate et exaltante de préparer cette jeunesse africaine qu’il désigne affectueusement “fer de lance de la Nation” à entrer dans la vie active en lui transmettant des savoir-faire pratiques enfin que cette jeunesse qui est dépositaire de ce continent, puisse le moment venu, prendre la gouverne de direction avec confiance et optimisme, pour lever les bourrasques de la tempête dévastatrice de la mondialisation, phénomène qui fait vaciller les nations y compris les plus nanties du monde. Soyez donc rassurer Excellence Monsieur le Ministre, que je suis conscient du poids et des enjeux de cette responsabilité. Il s’agit pour moi d’un choix décisif pour l’avenir et d’un engagement vis à vis de la communauté nationale et internationale. Impérieuse est donc ma détermination, et infaillible mon engagement. Il n’est pas superflu de rappeler qu’HERMES est le Dieu de l’intelligence dans la mythologie grecque. Le choix de cette légende comme raison sociale n’est donc pas le fruit d’un pur hasard ! Il est le résultat d’une profonde introspection. La formation, le Ministre le sait, est un investissement en capital humain dont on ne pourra apprécier les effets bénéfiques qu’à terme. Sous votre encadrement lucide, je m’efforcerai de professer une maïeutique pédagogique fondée sur l’excellence académique. A la jeunesse Africaine qui serra dans quelques heures impétrante de nos diplômes, je recommande d’être toujours dynamique, engagé et persuasive. Quelle soit rayonnante par tout où elle sera amenée à servir, pour être des dignes ambassadeurs de l’institution qui les a moulés dans ses méandres pédagogiques et véhiculer une image a la fois fidèle, sympathique et attractive de l’Institut HERMES afin que nous fassions figure de géant dans la transmission des savoir-faire pratiques en Afrique.
Aux jeunes lauréats, je rappelle également qu’ils sont exposés aux calamités sociales susceptibles de les placer en situation d’anomie et de mettre en péril, leurs carrières professionnelles en la prolongeant dans les geôles abyssales des institutions pénitentiaires, en l’occurrence, la corruption : une gangrène qui a déjà disséminé ses métastases à travers tout le corps social et qui est devenue une véritable programmation mentale et une culture encrées dans l’inconscient collectif des peuples africains. A cet égard, partout où vous êtes ou serez embauchées, désolidarisez-vous alors de tout univers humain qui veut prospérer en marge de la civilisation.

RECTEUR